Cet article a été publié il y a plus de 10 ans. Il ne reflète plus forcément mes convictions, mes compétences, ou mes capacités à écrire correctement en français ;-).

Épisode précédent : Mon stage chez les para, partie 1.

Le bus de La Défense, mis à notre disposition pour nous amener de la gare au camp, est arrivé avec une précision militaire. Le contraire aurait été un comble. Arrivés au camp de Schaffen, nous avons directement commencé les festivités.

Le test se déroulait en quatre phases. Seuls les soixante premiers seraient retenus, et nous étions déjà plus de cent. Un autre test aurait lieu quelques semaines plus tard pour ceux qui n'auraient pas pu venir au premier. Il comportaiterait pratiquement autant d'aspirants. Au total, j’auais un peu moins d'une chance sur trois d'être retenu.

La première épreuve consistait en une série de traction : chaque traction valait un point, avec un maximum de dix tractions. Les filles pouvaient choisir entre cette épreuve et la corde à noeuds. J'ai obtenu sans trop de problèmes la note maximale.

Deuxième épreuve : abdominaux. Réaliser un maximum de mouvement en un temps imparti de trois minutes. En ce qui me concerne, à l'époque, je faisais du Taekwondo, et chaque entraînement était rythmé par des séries d'abdominaux. C’était l’occasion de prendre de l’avance dans mes points.

Troisième épreuve : la natation. Nous devions nager 100m en nage libre, chronométrée. Impossible de connaître ses résultats avant l'annonce officielle. La répartition des points n’était pas connue d’avance, il n’y avait aucun moyen de s’évaluer sur cette épreuve.

La dernière épreuve était celle que je redoutais le plus : la course à pied. Nous devions courir sur une distance de 2400m en sprint. Le premier arrivé obtienait 100% des points. Les suivants auraient une note dégressive en fonction de leurs résultats.

Je redoutais cette épreuve. Je déteste courir et je n'ai aucune condition physique pour ça. De plus, l'épreuve comptait sur 40 points, alors que les trois précédentes ne comptaient chacune « que » pour 20 points. Mes résultats seraient déterminants.

Au coup d'envoi, je me souviens avoir couru le plus vite possible, pour tenter de ne pas me faire distancer dès le début de l’épreuve. Le plus difficile à surmonter fut le moral, puisque la course se déroulait en fait sur un aller-retour en ligne droite de 1200m. J'avais vraiment l'impression de ne pas en voir la fin, et je tentais tant bien que mal de suivre toujours les mêmes personnes. En cours de courses, j'ai commencé à me sentir très mal, je luttai pour pouvoir finir la course.

Une fois arrivé, enfin!, j'ai remis mon dossard au guichet d'arrivée et je me suis écroulé dans la pelouse juste à côté.

(à suivre…)

Bib’Expresso de Béaba – Le chauffe-biberon le plus rapide de l’Ouest

Dès ses premiers jours, Bébé nous a fait part d’un trait de caractère prédominant : quand il s’agit de son estomac, il n’a absolument aucune patience. Il n’avait tellement pas de patience que le chauffe-biberon que nous avions reçu en seconde main, qui ne prenait pourtant que 5 à 6 minutes pour amener l’eau à … Lire la suite de Bib’Expresso de Béaba – Le chauffe-biberon le plus rapide de l’Ouest
Continue reading

Mon stage chez les para, fin

Episodes précédents : * [Mon stage chez les para, partie 1](/blog/2006/12/26/mon-stage-chez-les-para-partie-1/) * [Mon stage chez les …… Continue reading

Entrevue avec Greg, rédacteur de xMonkeyMosherx

Published on December 01, 2007

Bratislava et Budapest

Published on December 03, 2007