si ce n'est l'art.. alors Larcenet...

Nico, un de mes colocataire, vient de me faire découvrir un album de Manu Larcenet : Une aventure rocambolesque de … Vincent Van Gogh, La ligne du front. Et j’ai a-do-ré.

J’avoue, même en étant un inconditionnel de la bédé, je n’avais jamais lu Larcenet, pourtant souvent cité dans les blogs que je lis régulièrement. J’ai honte, je le confesse, mais je viens de découvrir avec délice les talents de ce grand monsieur.

Dans cette album, il faut dès le départ rejetter tout préjugé, car Larcenet frappe dedans à coup de crayon : Vincent Van Gogh n’est jamais mort en 1890, et ne s’est jamais coupé l’oreille. Pas con non plus. Il a simplement été éjecté de l’armée après avoir lamentable échoué une mission de la plus haute importance : faire disparaître le cubisme.

Mais, bien des années plus tard, l’armée est en déroute. Nous sommes dans les tranchés, les soldats désertent, et l’Etat-Major craind pour sa peau. Il faut donc comprendre pourquoi les hommes fuyent le front au lieux de bravement affronter l’ennemi. Comme l’Etat-Major ne peut pas se rendre lui même sur les lieux pour s’informer de la situation – faut pas déconner non plus, on est des gradés – ils envoyent notre pauvre Vincent dépeindre la situation pour eux.

Un excellent ouvrage, plein d’humour, de cynisme et de passion, j’ai tout simplement adoré.

technorati tags:Comics, BD, Larcenet

Certains veulent supprimer ceci... Irrepressible.be

technorati tags:Wikio, Windows, Live, Messenger, Antispam, Dotclear, Amnesty, Irrepressible.be

J’ai passé la moitié de la nuit dernière à marcher dehors… Forcément, quand on est victime d’insomnies, on a plus de temps pour réfléchir. Le problème de ce genre de moment, quand tu te retrouves comme un gland, assis sur un banc de bois, a dévisager de façon indécente un pauvre bouleau, c’est que t’arrives rarement a fixer tes pensées sur un sujet précis, et du coup, tu te noies dans un flot d’idées, tantôt connes, tantôt bien pensées, mais jamais abouties.

Puisque les exceptions confirment toujours les règles, j’ai quand même fini par suivre un fil continu… peut-être parce que j’avais laché le bouleau pour traîner mes basques sur les pavés néo-louvanistes. Embrumé par la bruine et par l’ambiance estudiantine, je me suis demandé ce qu’on allait laisser aux générations futures.

Quand on se retourne un peu, on s’aperçoit vite que les générations précédentes ont toutes accomplis quelque chose. Les jeunes des années quarantes se sont battu pour nos libertés, ceux des années soixantes se sont rebellé contre les guerres et contre les gouvernements, les seventies ont vus naître le punk, l’anti-conformisme, et l’anarchisme… mais nous?

Nous n’allons offrir aux futurs jeunes que des tonnes et des tonnes de merde. Entre les guerres, le trou dans la couche d’ozone, les réserves de pétrole à sec, la surconsommation, les meurtres, la violence, le racisme, l’intolérance, les peuples opprimés, les chômeurs, les magouilles, et j’en passe…
Le pire dans tout ce merdier, ce n’est pas qu’on ait des problèmes, non, chaque génération en a eue. Le problème réel de notre époque est qu’au lieu de les affronter pour les résoudres, on se carapate comme des pétochards à la moindre contradiction, on rentre dans sa coquille bien confortable, bien vautré dans son sofa en cuir devant sa télé 16/9, dolby surround, lecteur DVD, en se disant que, de toute façon, quand la vraie merde arrivera, on sera raide comme des bâtons de bergers bien callé entre nos six planches…

Ben merde, si c’est ça la mentalité actuelle, va falloir sérieusement penser a sortir nos têtes de nos troufions et se mettre a bosser intelligement pour éviter de tomber encore plus bas…

Pour éviter le spam sous DotClear, il existe une foule de plugins (notamment Spamplemousse), qui tente de bloquer les robots-spammeurs en laissant passer les humains.

Oui mais, il faut un peu de temps avant que ça ne soit réellement efficace, alors, il y a ceux comme moi, qui ont décidé de fermer les trackbacks, tout connement, et de mettre un captcha sur les commentaires. Et puis, il y a, dans le lot, **le **type intelligent : Cédric Godart.

En effet, je viens de remarquer sa parade aux spams, voyez plutôt :

Pour faire un trackback sur ce billet :

il suffit de recopier le code ci-dessous, qui a été volontairement erroné pour éviter le spam. Il suffit d’ajouter le caractère ‘/’ après ‘.net’ et avant ‘tb.php’.

http://www.journaldecedric.nettb.php?id=1659

Tout con, mais il fallait y penser !

Résultat, demain, je modifie le template de DotClear pour effectuer cette petite modification (oui, là, pour le moment, j’ai la flemme), je ré-ouvre les trackbacks, et je tente l’expérience.

PS : Quid de la découverte automatique sous DotClear?

technorati tags:DotClear, antispam, trackback, trackbacks

Logo FlockJe viens de découvrir Flock via le blog de Gilles Marlet. Ou plus exactement, j’en avais déjà entendu parler, mais son articles concernant ce nouveau butineur de la fondation Mozilla m’a donné envie de tester la bête. Chronique.

Commençons par télécharger la dernière version (0.7 à l’heure où j’écris ces lignes) sur le site officiel. Fantastique : sous Linux, nul besoin de compilation, un simple ./flock, et le navigateur se lance, comme par enchantement.

Dès le lancement, Flock vous propose d’importer vos données de votre ancien navigateur : signets, historique, mot de passe, tout quoi.

Mieux encore, puisque Flock se désigne comme un navigateur social, ce dernier propose une foule d’options :

  • Editeur de blog (que je teste à l’instant)
  • Barre photo en liaison avec Flickr
  • Lecteur RSS
  • Partage des signes avec Del.icio.us
  • Etc
    Bref, toutes ces jolies choses sembles bien prometeuses, et je pense l’adopter, pour un petit temps du moins.

ndant, l’intégration du client de blogging pour DotClear semble fonctionner, mais impossible de récupérer les catégories de mon blog (alors que pour WordPress, aucun problème). Dommage.

technorati tags:flock, free, software, blogging, browser

Bon, j’ai eu pas mal d’embrouilles avec le blog aujourd’hui… Plugins qui sont présents sur le FTP mais inaccessibles, thème itou, et en plus codage foireux…

J’ai plus ou moins rétabli le codage, mais j’ai inversé les “é” avec les “è” (gros c**). Tant pis, ça sera pour demain, là , je suis naze.

Méléis m’a fait remarquer que certaines gammes de couleurs utilisées sur le blog n’étaient pas accessibles, en m’indiquant un outil très pratique[1] pour remédier au problème. Je me suis donc mis à tenter de rendre (parenthèse.be) plus adapté.

Liens de la sidebar

Les tons des liens dans la sidebar étaient trop proche de la couleur de fond. Si je voulais les rendre accessible, il me fallait monter beaucoup plus haut dans les foncés (presque noir, vu que le fond est presque blanc). Mais ça ne me plaisait pas : beaucoup trop foncé, j’ai donc décidé d’ajouter l’attribut a:hover dans ma feuille de style pour changer la couleur au survol de la souris en guise d’alternative.

J’ai fais de même pour les titres des articles.

Liens dans le contenu

Les autres liens quant à eux, ne pouvaient même pas être vu par certaines personnes, j’ai donc opté pour un brun très foncé, de sorte a bien trancher entre les deux couleurs tout en tenant compte de la relativement petite taille de la police.

Voilà , j’espère que ces modification vous rendront la lecture de ce blog plus agréable, n’hésitez pas si vous avez encore des suggestions!

Notes

[1] colourContrastChecker est un outil pour Linux sous licence GPL v2

En rentrant au kot, dimanche, j’ai croisé A, une copine de classe quand j’étais en secondaire. Dans le train on a beaucoup causé, notamment d’humanitaire.

En effet, elle était partie au Bangladesh avec la Fondation Damien, du temps oú on était au bahut ensemble. Depuis, elle à continuer de voyager, elle a été en Roumanie, elle se rendra au Viêt-Nam cet été… Ca à réveillé mes envies de voyage, de découverte, et d’humanitaire.

Depuis plusieures années, je rêve de pouvoir aller au Tibet, de préférence encadré par une association, mais s’il le faut je partirai en freelance. Ce pays me fascine, de part sa culture, de part ses rites, de part tout ces aspects d’ailleurs. Le fait qu’il soit sous le joug de Pékin depuis plus de 50 participe peut-être à ma fascination, je n’en sais rien. Toujours est-il que je cherche un moyen d’y aller.

A défaut, j’aimerai partir en chantier humanitaire (d’une ou deux semaines) avec une association, cet été. J’ai trouvé Javva, une ASBL belge dont le but et de promouvoir les échanges interculturels et d’aider les populations locales. Il y a énormément de proposition de départ sur le site, mais malheureusement rien sur le Tibet.

Si quelqu’un a une expérience a partager, concernant tout ùa (le Tibet, les missions humanitaires, etc), qu’il n’hésite pas, ùa m’interresse énormément…