Épisode précédent : Mon stage chez les para, partie 2.

Quelques semaines plus tard, j’apprenai que j’avais été retenu parmi les 60 meilleurs postulant. J’allais pouvoir me rendre, durant les vacances de printemps suivantes, au même camp, durant deux semaines, pour apprendre et pratiquer le parachutisme militaire.

Jusque là, les candidatures, les tests… ce n’était pas bien concret. Tout d’un coup, tout devenait très clair. Là, j’allais sauter en parachute. C’était imminent. Dans quelques semaines, je serais au camp en train d’apprendre comment ne pas crever au premier saut. Et , j’ai flippé.

Le jour dit, mes grands-parents m’accompagnèrent, en voiture, d’Attert jusque Schaffen. Je me souviens m’être émerveillé sur un parc à éolienne en chemin.

Lorsque nous sommes arrivés au centre d’entraînement, nous avons été accueillis, au mess, par le commandant du camp. Dans un coin, une télévision diffusait les images filmées lors d’une des promotions précédente. On y voyait des jeunes, de 16 à 20 ans, répéter des exercices, courir, apprendre à mettre un parachute, vérifier les sangles… et sauter. Mais qu’est ce que je foutais là?

Par la suite, on nous a rassemblés sur le parade ground, en ligne, avec nos bardas. On nous expliqua la marche à suivre. Très militaire tout çà. Primo, fermer sa gueule; deuxio, prendre son sac et se rendre dans les chambrées dans le calme, et tertio, aller chercher un uniforme à la lingerie.

(à suivre…)

Also on:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.