C’est une petite anectode qui m’est arrivée, il en existe des dizaines sur le net, ce sont les fameuses perles des hotlines. Ceci dit, c’est quand même beaucoup plus instructif et amusant quand ça t’arrive personnellement. D’ailleurs, trois ans plus tard, j’en rigole encore.

J’étais donc stagiaire, dans une grande usine de la région arlonnaise [1], employé comme assistant de l’administrateur réseau. Traduisez : je me tapais la hotline, et le reste du temps, je glandais sur le net… ben ouais, on est dans l’informatique, ou on l’est pas.

Toujours est-il qu’un beau jour, mon maître de stage m’appelle pour m’envoyer en réparation à l’autre bout de l’usine (rage) pour un problème d’imprimante (rage-bis) et me refile le numéro de poste de la personne concernée. Après quelques minutes, je ne parviens pas à aider la personne à distance. Je me bouge donc jusqu’à son poste (à l’autre bout de l’usine, et croyez-moi, c’est loin d’être petit) et j’arrive devant la bête.

A première vue, rien d’anormal… si ce n’est qu’effectivement, l’imprimante n’imprime pas (c’est balot). Au bout d’une quinzaine de minutes à ne pas trouver, je remarque une petite défaillance… la languette électronique qui relie le chariot à la cartouche est sectionné. Étrange.

J’interroge ma coupable, elle me dit n’avoir rien touché (c’est ça ;-)) et ne pas comprendre (ben tiens). Au bout de quelques minutes de je fais semblant de pas savoir d’où vient le problème, ma coupable semble vouloir se repentir de son petit mensonge :

En fait, j’ai remarqué qu’il n’y avait plus d’encre…

Et donc j’ai voulu changer la cartouche, comme S. m’avait dit de faire la dernière fois… mais comme je ne savais plus, j’ai lu le petit livret, et il était dit qu’il fallait arracher la petite languette en alluminium.

Ce qui est consolant dans cette histoire malheureuse, c’est que cela confirme une tendance : les techniciens en informatique ne seront pas au chômage tant que des débiles auront des ordinateurs entre les mains 🙂

Notes

[1] dont je tairais le nom par respect pour la personne qui y est peut-être encore employée, mais les arlonnais auront certainement reconnu l’entreprise 😉

Also on:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.